Avancées des challenges

100 romans: 35 / 100 livres

Je comptes mes pages: 13 405 / 40 000 - Lecteur expert


Thème d'Avril:
Thème « Plume d'oie et cire à cacheter »
→ un classique de la littérature, française ou internationale.

Défi d'Avril:
Voir lien de l'article: Défi PKJ du mois d'avril

jeudi 16 mars 2017

Dé/connexion

Résumé du livre:

Tout contact physique est interdit. Le sexe ? Un crime grave. Des uniformes isolants et des gants privent les porteurs des touchers les plus platoniques. Les citoyens se rendent en file indienne à des maisons de simulation pour obtenir leurs orgasmes rationnés sur prescription dans des machines de réalité virtuelle.
Keith Borden travaille depuis des années dans une maison de simulation, et jamais il n’a été tenté de briser la loi interdisant tout contact... jusqu’à l’arrivée d’Aiden Maxwell.


Mes impressions: 

Le résumé donne totalement envie de découvrir ce livre, un monde où le moindre contact corporelle ou physique est passible de sanction, où le sexe, l'acte en lui même peut conduire tout simplement en prison, j'avoue que le résumé m'a complètement intriguée. J'aime beaucoup ce genre de livre où on vit dans un monde complètement contrôler, où quelque chose de normal pour nous devient dans l'histoire quelque chose de dangereux. Dé/connexion commence fort, avec les maisons de simulation qui ne serve qu'a obtenir des orgasmes organisés sur prescriptions médicales.

Je n'ai pas hésiter une seule seconde à me lancer dans l'histoire est à suivre Keith qui travail dans un de ces centres.

L'idée de départ est bonne mais on rentre directement dans le vif du sujet ce qui fait qu'on a pas vraiment le temps de s'acclimater à l'univers. Aiden rentre directement en scène pour une de ces fameuses séances programmées et à partir d'ici on va suivre ses rendez-vous ainsi que les ressentis des deux personnages suites à cette situations.

Au départ, ça suit son cours un rendez-vous, on apprend comment fonctionne les machines qui permettent aux patients d'avoir leur orgasmes mais ensuite j'ai été fortement déçue.

Keith va devoir prendre des décisions dangereuses autant professionnellement que personnellement, du fait de ces décisions va se succéder à la chaîne des situations qui aurait pu éveiller la curiosité mais qui au final m'a donner presque envie de sauter quelques pages.

Je veux bien que la découvertes des salons déconnectés soit quelque chose de nouveaux et d'assez intéressant les deux premières fois mais ensuite, je m'en serais bien passé. L'auteur ne ménage pas notre imagination, on a droit à des scènes entièrement détaillées, le moindre geste, la moindre réaction, le moindre gémissement tout y passe.

Par ailleurs, on assiste à une enquête qui sera mené par la police de San Angeles et qui amènera une autre sorte d'action et qui va faire changer radicalement la vie des deux personnages de départ.

Comme je le disais l'histoire de départ est bonne, mais le livre est un peu trop court, j'aurais bien aimé avoir quelques zones de non-dit pour pouvoir laisser vagabonder mon imagination. Quand j'ai refermé ce livre, j'ai eu l'impression d'être resté sur ma fin, j'aurais voulu en savoir plus sur la ville, son fonctionnement, la manière dont vivent les habitants. Tout ça manque un peu sur le début de l'histoire.